Du saumon OGM sur notre table lors des fêtes ?

Du saumon OGM sur notre table lors des fêtes ?

Il y a 3 ans, les consommateurs québécois ont eu droit à une exclusivité : ils ont été les seuls au monde à pouvoir acheter du saumon OGM, le premier animal génétiquement modifié disponible sur le marché. Seuls les Etats-Unis l’ont depuis commercialisé à leur tour.

Devons-nous nous considérer chanceux ? Pas sûr… d’autant plus qu’il est impossible de distinguer le saumon génétiquement modifié des saumons sauvages ou des autres saumons d’élevage. L’étiquetage des OGM n’est en effet pas obligatoire au Québec.

Nous n’avons pas le droit de savoir ce que contient notre assiette

64 pays dans le monde ont adopté un étiquetage obligatoire des OGM. Pas le Canada. Les aliments que nous achetons à l’épicerie peuvent donc potentiellement être génétiquement modifiés.

Selon l’organisme québécois Vigilance OGM, les OGM végétaux cultivés au Québec sont principalement destinés à l’alimentation animale. Néanmoins, il est possible de les retrouver dans des produits transformés, que nous consommons régulièrement (huile de canola, lait de soja, sucre de betterave…). Selon l’organisme, environ 70% des produits transformés que l’on trouve au Québec seraient fait à partir d’ingrédients issus de cultures OGM.

Les OGM font l’objet de nombreux débats, et les études contradictoires soulignent le manque de consensus sur le sujet.

Ce qui est néanmoins certain, c’est que les consommateurs ont de toute façon le droit de savoir ce qu’ils consomment, sans que cela leur soit dissimulé. Pour le principe d’avoir le choix d’abord, mais aussi pour des raisons environnementales, de santé ou éthiques.

Le premier animal génétiquement modifié arrive sur le marché et les consommateurs canadiens deviendront, à leur insu, les premiers cobayes.

Thibault Rehn, Vigilance OGM, 2017

Depuis plusieurs années maintenant, Vigilance OGM demande l’étiquetage obligatoire des OGM au Québec. En 2017, l’organisation était à la source d’une pétition sur le sujet qui avait réunie plus de 20 000 signatures, notamment 220 organisations et 3 partis politiques.

Rien de concret au niveau politique et législatif ne s’est réalisé depuis.

Ce qu’il s’est passé depuis, en revanche, c’est l’introduction dans le marché québécois du premier OGM animal : le saumon génétiquement modifié.

Du saumon créé par l’homme en laboratoire, appétissant ?

Le saumon AquaAdvantage. Un nom éloquent pour un organisme entouré de mystère.

saumon_atlantique

Ce saumon d’un nouveau genre a été développé par AquaBounty Technologies, une société de biotechnologie américaine.
Il s’agit d’un saumon atlantique (cf. photo), auquel on a introduit un gène d’hormone de croissance du saumon quinnat du Pacifique, et du matériel génétique de la loquette d’Amérique.

Ses avantages d’après la compagnie ?

  • Il grandit trois fois plus vite qu’un saumon atlantique (il atteint sa taille adulte en 16 à 18 mois au lieu de 30 mois)
  • Il arrive deux fois plus vite à maturité commerciale
  • Il consomme 10% de nourriture en moins

Selon AquaBounty, il est le saumon « le plus durable au monde » : pisciculture terrestre à faible impact (pas de risque de pollution maritime), sauvegarde des espèces marines sauvages menacées, réduction des émissions de carbone (installations proches des zones de marché, contrairement aux importations du Chili ou de Norvège).

Produit d’abord au Panama, une installation à Rollo Bay sur l’île du Prince Edouard permet maintenant une production canadienne, pour des premières ventes en 2020.

Approuvé par Santé Canada pour la consommation en 2016, il y est vendu depuis 2017…sans que l’on sache à quel endroit. Aquabounty a simplement communiqué qu’elle avait vendu 4,5 tonnes de ce saumon au Canada en 2017, puis 4,5 tonnes en 2018.

saumon

Les clients canadiens d’Aquabounty sont anonymes. Plusieurs grosses épiceries québécoises ont annoncé qu’elles n’en avaient pas acheté. Cela s’applique au produit brut, mais pas aux produits transformés qu’elles vendent, qui eux peuvent contenir du saumon OGM… D’autres établissements les refusent catégoriquement.

En quoi ce saumon est problématique ?
Au-delà des enjeux et débats soulevés par les OGM en général (environnementaux, de santé, éthiques) et de leur étiquetage, le principal problème soulevé par cette production est le risque que les saumons (ou les oeufs) s’échappent des installations. La conséquence ? Une mise en danger des espèces sauvages, dont certaines déjà menacées. Ils pourraient se nourrir de leur nourriture, ou se reproduire avec d’autres espèces.
Ces risques obligent AquaBounty à produire obligatoirement sur la terre ferme. Le risque de contamination est donc faible… pour le moment.
En effet, Aquabounty a commencé à produire des saumons OGM et non OGM dans ses installations. Le risque de mélange d’oeufs et de contamination augmenterait donc de manière exponentielle.

fourchette_bleue
Vous souhaitez consommer du poisson ou des fruits de mer dont vous connaissez la qualité et l'origine ? 
Notre recommandation : Cherchez le logo Fourchette Bleue dans vos restaurants ou épiceries. Il vous permettra de déguster des espèces marines de qualité provenant des eaux locales, et pêchées selon des méthodes durables. Un bon moyen de défendre la biodiversité et l'économie locale.

Leave a Reply