L’arrivage est un bon présage

L’arrivage est un bon présage


Arrivage. Comme ce nom l’indique, nous sommes dépendants des produits de saison, des terroirs qui nous sont proches, et des humains qui les cultivent.

Nous mettons en lien mais espérons créer des relations. Relations entre les producteurs et les chefs, bien sûr, mais également entre les chefs et les produits du terroir. Le cycle des arrivages pour se réapproprier notre agriculture locale et notre patrimoine culinaire.

De la ferme à l’assiette et de l’agriculture à la culture il n’y a qu’un pas, ou plutôt qu’un clic !

Nous sommes en plein dedans. Le statut quo de notre consommation n’est plus une option pour la planète, nous le savons. S’il faut changer nos modes de vie, autant encourager les engagés/enragés qui nous entourent.

Plus on est de fous plus on rit, plus on est de foodies plus on vit.

 

Les petits agriculteurs sont de moins en moins nombreux et de plus en plus fragiles. A nous de jouer notre rôle de consom’acteur!

Dans son ouvrage « Manifeste pour la Terre et l’humanisme : Pour une insurrection des consciences », Pierre Rabhi nous conte un fait divers des années 1980, d’un camion de tomates qui quitta les Pays-Bas pour livrer l’Espagne. 

Dans le même temps, un autre camion de tomates parti d’Espagne pour livrer les Pays-Bas. Les deux camions finirent par se percuter sur une route française !

Cette anecdote véridique est une caricature qui nous fait méditer sur l’absurdité de notre système de consommation…

A bon entendeur !

Leave a Reply